Archives mensuelles : mai 2019

Antoine Carboulet, Marine Doyen, Alwin Pourchet, Josephine Romero (mastérants), Observation, écriture et mémoire. Analyse et enjeux autour des écrits de deux érudits (XVIIe-XVIIIe siècle)

Observation, écriture, mémoire. Il y a là trois temps fondateur pour un savant. L’observation est le premier d’entre eux. C’est celui qui forge l’expérience et qui la constitue. Il vient ensuite le temps de l’écriture, acte constitutif de la mémoire. Comment le regard de l’historien peut-il se porter sur ces séquences de la vie de l’érudit ? Quels peuvent être les apports historiques ? L’article suivant envisage de répondre à ces questions.

Antoine Carboulet, Marine Doyen, Alwin Pourchet, Josephine Romero (mastérants), Observation, écriture et mémoire. Analyse et enjeux autour des écrits de deux érudits (XVIIe-XVIIIe siècle)

 

Anne Béroujon. Encoder les lieux de mémoire. Les testaments et codicilles de Lazare Meyssonnier

Lazare Meyssonnier est un médecin du 17e siècle qui, comme nombre de ses contemporains, a laissé derrière lui des actes testamentaires. Sa singularité tient en ce qu’il a poussé à l’extrême sa volonté d’organiser sa mémoire : expédiant les clauses relatives à l’intercession divine et aux invocations religieuses, il s’est en revanche longuement arrêté sur les traces matérielles qu’il entendait laisser derrière lui. Vase, épitaphe, boîte de plomb, bibliothèque, armoire de pierre, maison et papiers sont les lieux dépositaires de sa mémoire. Des clés sont nécessaires pour accéder à certains d’entre eux. En ce sens, on peut mettre en rapport ses dernières volontés avec les théories médicales qu’il développe sur la mémoire dans les nombreux ouvrages qu’il a publiés, pour in fine interroger sa conception de la mémoire.

1661 Testament Meyssonnier-1

1669 Codicille

1672 Codicille

1679 Transaction Recteurs Fille-1

 

 

 

Isabelle Luciani. De la dislocation d’une famille à l’espace graphique de la mėmoire

L’affirmation d’une « culture de l’écrit » à l’époque moderne ne permet pas seulement l’émergence de nouveaux supports de « stockage » mémoriel, allégeant les dispositifs mnémotechniques complexes hérités de l’antiquité et du Moyen Âge. Elle ouvre aussi toute une part de la population en voie d’alphabétisation, peu concernée jadis par les très complexes « arts de la mémoire », à de nouveaux outils cognitifs. Ces outils utilisent l’espace graphique de la page à la fois comme support textuel et comme support visuel, relayant sans doute des pratiques mal connues de la mémoire orale tout en s’appropriant de manière empiriques de nouvelles stratégies mémorielles, pour construire des lieux de mémoire qui sont aussi des répertoires de signification et d’action. L’exemple de deux femmes provençales issues d’une famille réformée, dont les destins bifurquent quand l’une s’exile en 1686 pour demeurer fidèle à sa foi tandis que l’autre se convertit au catholicisme et reste au pays, atteste de l’importance de ces nouveaux outils de maîtrise de la mémoire. Sans doute sont-ils médiatisés par des contextes historiquement situés, comme la valeur du témoignage dans la culture réformée. Ils n’en construisent pas moins une forme extériorisée de la mémoire, des schémas mentaux les plus intimes pour arriver à vivre ou à survivre, jusqu’à la formation complexe d’une véritable mémoire collective, avec ses oublis, ses non-dits, ses obsessions. Dans le cas des Brachet-Lafont, pour survivre, là aussi.

http://memoire.hypotheses.org/files/2019/05/Isabelle-Luciani-Corpus-atelier-1.pdf